Interview with Anoraak: “I Try to do Things in the Most Sincere Way Possible”

DYLTS-Interview-Anoraak

Read the interview in French

Anoraak is the solo project of French artist Frédéric Rivière, which he started in 2008 after being part of Pony Pony Run Run. Multi instrumentalist, singer, producer and DJ, Anoraak was part of the Valerie Collective with College, Minitel Rose and many other synthwave artists.

After 3 albums, several EPs and remixes, Anoraak just released a new song called “Two Steps“, that sees him back to singing with more electronic notes.

While he was in Lille (in North of France) for a show at l’Aéronef, I had a nice chat around a beer, about his journey in music, his latest projects and his life in Marseille.

How did you get started in music and how did you decide to go into it full-time?

It happened in several stages. I moved around a lot when I was young, and I started taking guitar lessons when I was living in Carcassonne. Then I moved to Nantes and I changed, I took piano lessons: I had trouble settling on an instrument, it was the same for sports.

In fact, I never really learned music theory, except for the guitar, I had some kind of training. I was 13 years old when I joined my first band, and then I was involved in several projects. Each time, I held different positions: singer, drummer, bass player… The most notable projects were Jordan and then Pony Pony Run Run. It’s when I started working full-time in music. I was wondering what I wanted to do with my life, and I realised that I was already doing it!

After that, I kept on making music on my own under the name Anoraak.

Can you tell us about the time of the Valerie collective?

It was a collective based in Nantes, created by David from Sexy Sushi and College. It was very inspired by the 80s, in the spirit of TV show opening titles.

At the time, David had discovered my music on MySpace and contacted me that way. We met and we got on well. I joined the collective, it was also the time when Minitel Rose joined us. In fact, the collective lasted about 3 years and then everyone went their own way.

It’s a niche collective that marked its time, we were the only ones making this kind of music, it was long before the synthwave era. Then the Drive soundtrack was a hit and launched the synthwave wave, it created a musical niche. From then on, there were a lot of sub-genres related to synthwave.

I don’t follow the evolution of this movement anymore, for me this era is in the past. Back then, the 80’s touch was something that was fun for me, but now I want something else.

How do you manage the changes between your different phases?

I try to do things in the most sincere way possible, if only for myself. Not looking for complexity, not thinking too much about expectations that there might be.

I always try to stay in that spirit of making music to please myself first. Sometimes, I do things that don’t fit into the evolution I want to have, I usually put them aside and save them for later or for another project.

I try not to think too much. For example, with Sarah Maison, the project came about quite spontaneously. I’ve always done disco, in fact, even if there was an electro side too. The idea was to do something more organic, more vintage with some instruments.

At the time, I asked Sarah to collaborate; I already knew her and I liked her voice. She was the one who suggested to sing in French. When she sent me the demos of “Gang“, I loved it. That song did well, we wanted to do a bit more, we followed it up with “Rush” which was released on the “For Beirut” compilation.

It was the lockdown period, I had quite a few tracks with this organic disco vibe, I sent her my productions and it resulted in the “Karma” EP, which includes 4 tracks. We were just a little frustrated not play it live. I love playing DJ sets but I really miss playing live, I wish I could do it again.

Who did you work with to create the aesthetic around “Karma”?

We worked with several different people, first of all, Diane Sagnier, the photographer, who is also the singer of Camp Claude. The stylist, Nissim Tretiakov, understood the spirit of the project and wanted to offer something retro, 70’s, without overdoing it.

For the video, we worked with Marco de Santos who has already directed many clips of artists you probably follow. He did it with a real analog camera from the 80’s, so he didn’t add any filters. It’s very beautiful, very sparkling, I’m very happy with the aesthetic result of this project.

For the artworks, I work with the collective A Deux Doigts based in Nantes. They are a couple of illustrator and graphic designer friends, I really like what they do and they have understood what I like. I love their creations every time.

Can you tell us about your new single “Two Steps”?

I just released the track “Two Steps” on the Dutch label Enroute Records. I had already done a remix on their label for Quentyn, which turned out pretty well. We enjoyed working together so we thought, “why not try a release“. The track is electro pop, it matches well their identity.

I like the idea of collaborating with multiple labels for my releases, and I also have a lot of other tracks for this year, I can’t wait to release them.

You have been living in Marseille for several years, how is life there?

I moved to Marseille 5 years ago, I had wanted to go there for a long time for personal and family reasons. I’m really happy there, I’ve made my life in Marseille and I don’t plan to leave, at least not for another city in France. Most of the time, I can wake up wondering if I’m going to go for a swim before work.

There are so many things that have been happening over the last few years, it’s really interesting to experience that. It reminds me a bit of the time when I lived in Nantes when the city was being transformed, there are lots of people who come and settle there, who make things happen.

There are a lot of artists based there, like French 79, Kid Francescoli and Mozambo. I already knew French 79, we had done some gigs together when he had his band Nasser.

You’ve released several remixes recently, how are the collaborations usually done?

I’ve been counting recently, I think I did over 50 remixes since I started. Although I still want to do some, I’m going to cut back on that and concentrate more on my music, doing my own productions.

Requests usually come from artists, and I choose to do it or not depending on the music and the feeling. When I feel it, I do it, no matter if the artist is known or not.

Apart from music, what are your hobbies?

I love food and wine. I’m not a sommelier, and I don’t make complex recipes, but I like to indulge myself, I’m quite epicurean. I like to just spend a lot of time in the water, even though I’m not swimming or diving.

In fact, I find it hard to say that I have certain hobbies, because I already have the impression to make a living from my hobby. I don’t feel like I have a job, I just do what I like and I make a living out of it, which is already a crazy concept.

I’m a very curious person, so anything can potentially be a hobby. For example, I have an old scooter and when it needs to be fixed, I’ll look for a solution on YouTube rather than going to a garage. Overall, I like to learn new things.

Follow Anoraak on: Spotify | Facebook | Instagram | Soundcloud


French version

Anoraak est le projet solo de l’artiste français Frédéric Rivière, qu’il a lancé en 2008 après avoir fait partie du groupe Pony Pony Run Run. Multi-instrumentiste, chanteur, producteur et DJ, Anoraak a fait partie du collectif Valérie avec College, Minitel Rose et de nombreux autres artistes synthwave.

Après 3 albums, plusieurs EP et remixes, Anoraak vient de sortir “Two Steps“, dans lequel il chante à nouvea, avec des notes plus électroniques.

De passage à Lille pour un DJ set à l’Aéronef, j’ai eu le plaisir de discuter avec lui autour d’une bière, pour revenir sur son parcours musical, ses derniers projets et sa vie à Marseille.

Comment as-tu démarré la musique et quel a été le déclic pour t’y mettre à plein temps ?

Ça s’est fait en plusieurs étapes. J’ai beaucoup bougé quand j’étais jeune, et j’ai commencé à prendre des cours de guitare quand j’habitais à Carcassonne. Ensuite, j’ai déménagé à Nantes et j’ai changé, j’ai pris des cours de piano : j’avais du mal à me poser sur un instrument, c’était pareil pour le sport.

En fait je n’ai jamais vraiment appris le solfège, à part la guitare où j’ai eu un semblant de formation. J’avais 13 ans quand j’ai rejoint mon premier groupe, j’ai ensuite enchaîné plusieurs projets. A chaque fois, j’ai occupé des postes différents : chanteur, batteur, bassiste… J’ai notamment été dans le groupe Jordan puis Pony Pony Run Run. C’est au moment de ce groupe que je me suis lancé à plein temps dans la musique. Je me demandais ce que je voulais faire de ma vie, et je me suis rendu compte que je le faisais déjà !

Suite à ça, j’ai continué à faire de la musique tout seul sous le nom d’Anoraak

Est-ce que tu peux nous parler de l’époque du collectif Valérie ?

C’était un collectif basé à Nantes, créé par David de Sexy Sushi et College. C’était très inspiré par les années 80, le côté un peu générique de séries télé.  

A l’époque, David avait découvert ma musique sur MySpace et m’a contacté comme ça. On s’est rencontrés et le courant est bien passé. J’ai intégré le collectif, c’est aussi l’époque où Minitel Rose nous a rejoint. En fait, le collectif a duré environ 3 ans et ensuite chacun a fait son chemin.

C’est un collectif de niche qui a marqué son époque, on était un peu les seuls à faire ce type de musique, c’était bien avant l’époque de la synthwave. Ensuite, la BO de Drive a été un carton et a lancé la vague de la synthwave, ça a créé une niche musicale. A partir de là, il y a eu énormément de sous-genres liés à la synthwave. 

Je ne suis plus trop les évolutions de ce mouvement, pour moi cette phase est du passé. La patine 80 était quelque chose qui me faisait marrer à l’époque, mais j’ai désormais envie d’autre chose

Comment gères-tu les évolutions entre tes différentes phases ?

J’essaie de faire les choses de la manière la plus sincère possible, ne serait-ce que pour moi. Ne pas chercher la complexité, ni trop penser aux attentes qu’il peut y avoir.

J’essaie de toujours rester dans cet esprit de faire de la musique pour me faire plaisir avant tout. Parfois, je fais des choses qui ne rentrent pas dans le cadre de l’évolution que je veux avoir, en général je les mets de côté et les garde pour plus tard ou pour un autre projet.

J’essaie de ne pas trop réfléchir. Par exemple avec Sarah Maison, le projet s’est fait assez spontanément. De la disco, j’en ai toujours fait en fait, même s’il y avait généralement un côté plus électro. L’idée était de faire quelque chose de plus organique, plus à l’ancienne avec des instruments

À l’époque, j’ai proposé à Sarah de collaborer; je la connaissais déjà et j’aimais bien sa voix. C’est elle qui a suggéré de chanter en français. Quand elle m’a envoyé les démos de “Gang”, j’ai adoré. Ce titre a bien marché, on avait envie d’en faire un peu plus, on a enchaîné avec “Rush” qui est sorti sur la compil “For Beirut”.

C’était la période du confinement, j’avais pas mal de titres dans cette vibe disco organique, je lui ai envoyé mes productions et ça a donné l’EP “Karma” qui inclut 4 titres. On est juste un peu frustrés de ne pas avoir pu le jouer en live. J’adore jouer en DJ set mais les lives me manquent vraiment, j’aimerais pouvoir en refaire. 

Avec qui as-tu collaboré pour créer l’esthétique autour de “Karma” ?

On a travaillé avec plusieurs personnes différentes, tout d’abord Diane Sagnier, la photographe, qui est aussi la chanteuse de Camp Claude. Le styliste, Nissim Tretiakov, avait bien compris l’esprit pour proposer quelque chose de rétro, 70’s, sans en faire trop. 

Pour la vidéo,  on a travaillé avec Marco de Santos qui a déjà réalisé de nombreux clips d’artistes que vous suivez certainement. Il a fait ça avec une vraie caméra analogique des années 80, donc le résultat a été obtenu sans ajout de filtres. C’est hyper beau, très étincelant, je suis très content du résultat esthétique de ce projet. 

Pour les artworks, je travaille avec le collectif A Deux Doigts basé à Nantes. C’est un couple d’amis illustrateurs et graphistes, j’aime beaucoup ce qu’ils font et ils ont bien compris ce que j’aime. J’adore leurs créations à chaque fois. 

Est-ce que tu peux nous parler de ton nouveau single “Two Steps” ?

Je viens de sortir le titre “Two Steps” sur le label hollandais Enroute Records. J’avais déjà fait un remix sur leur label pour Quentyn, qui avait assez bien tourné. On a apprécié travailler ensemble donc on s’est dit, “pourquoi pas essayer une sortie”. Le titre est électro pop, ça correspond bien à leur identité. 

J’aime bien l’idée de collaborer avec différents labels pour mes sorties, et j’ai aussi plein d’autres titres pour cette année, j’ai hâte qu’ils sortent.

Tu es basé à Marseille depuis plusieurs années, comment est la vie là-bas ?

J’ai déménagé à Marseille il y a 5 ans, ça faisait très longtemps que je voulais y aller pour des raisons personnelles et familiales. J’y suis vraiment bien, j’ai fait ma vie à Marseille et je ne compte pas en partir, en tout cas pas pour une autre ville en France. La plupart du temps, je peux me réveiller en me demandant si je vais aller me baigner avant de bosser. 

Il y a tellement de choses qui sont en train de se passer depuis quelques années, c’est hyper intéressant de vivre ça. ça me rappelle un peu l’époque où j’ai vécu à Nantes quand la ville se transformait, il y a plein de gens qui viennent s’y installer, qui font bouger les choses.

Il y a beaucoup d’artistes basés là bas, comme French 79, Kid Francescoli et Mozambo. Je connaissais déjà French 79, on avait fait des concerts en commun quand il avait son groupe Nasser

Tu as sorti plusieurs remixes récemment, comment se font généralement les collaborations ?

J’ai fait le compte récemment, je crois que j’ai fait plus de 50 remixes depuis que j’ai commencé. Même si j’ai toujours envie d’en faire, je vais réduire ça pour me concentrer plus sur ma musique, faire mes propres productions. 

Ce sont souvent des artistes qui me contactent et je choisis de le faire ou non en fonction de la musique et du feeling. Quand je le sens, je le fais, peu importe si l’artiste est connu ou non. 

A part la musique, quels sont tes hobbies ?

J’adore la bouffe et le vin. Je ne suis pas sommelier, et je ne fais pas de grandes recettes mais j’aime me faire plaisir, je suis assez épicurien. J’aime bien juste passer beaucoup de temps dans l’eau, même si je ne fais fais pas de natation ou de plongée.

En fait, j’ai du mal à dire que j’ai certains hobbies, car j’ai déjà l’impression de vivre de mon hobby. Je n’ai pas l’impression d’avoir un métier, je fais ce que j’aime et ça me fait vivre, c’est déjà fou comme concept. 

Je suis quelqu’un de très curieux, donc tout peut potentiellement être un hobby. Par exemple, j’ai un vieux scooter et lorsqu’il faut le réparer, je vais chercher une solution plutôt sur YouTube que d’aller chez un garagiste. Globalement, j’aime bien apprendre de nouvelles choses

Suivre Anoraak sur : Spotify | Facebook | Instagram | Soundcloud

Leave a Comment

Your email address will not be published.